Nous garantissons un service à la clientèle de qualité supérieure.

Nous proposons une solution offshore personnalisée à chaque client.

Nous assurons la sécurité des données personnelles et une confidentialité complète.

E-book mockup

Recevez un ebook contenant toutes nos juridictions

Cas pratique 3: Du bon usage d’une société de services offshore.

Monsieur Dupond est un consultant indépendant dans le secteur informatique.

Il a crée une société basée au Grand Duché du Luxembourg. Cette société est soumise à la fiscalité du Grand Duché.

M. Dupond est sur le point de conclure un nouveau contrat avec une société basée en Italie, la société I.L.I. Cette société est la filiale d’une entreprise américaine, dont le siège européen est basé à Londres, en Grande Bretagne.

Il s’agit d’un contrat de sous-traitance stipulant que Monsieur Dupond travaillera en Italie pour le compte de la société I.L.I, auprès d’un de ses clients de celle-ci.

Devant travailler et résider pendant une longue période en Italie, M. Dupond sera probablement soumis à la fiscalité italienne.

M. Dupond peut-il envisager une architecture juridique de nature à lui permettre d’échapper à la lourde fiscalité italienne?

Case study 3_FR

Du bon usage d’une société de services offshore.

Une solution envisageable:

Monsieur Dupond pourrait valablement créer une société de services offshore dans une juridiction disposant d’une convention de double imposition avec l’Italie.

Cette convention devra prévoir que les rémunérations accordées à monsieur Dupond pour son activité de conseil feront l’objet d’une taxation dans le lieu de résidence de la société offshore.

Une société offshore basée à Malte pourrait grandement aider monsieur Dupond à réduire son imposition. En effet, cette société maltaise permettrait à monsieur Dupond de percevoir les rémunérations de son activité de conseil et d’éviter toute imposition en Italie, moyennant le respect de certaines conditions.

Cette même société maltaise pourrait être détenue par une société offshore basée dans un paradis fiscal.

L’impôt sur les sociétés à Malte est de 35%. Les deux tiers de cette somme sont remboursables, lors de la distribution de dividendes hors frontières. Ce qui ramène ce taux initial à 11.67%.

La taxation sur les résultats dans les paradis fiscaux est souvent symbolique…

Nous contacter
Rappel immédiat